fin du service télégramme


Badge +4
A la fin de l'année (2017), Proximus cessera de proposer les télégrammes. Ce service, l'entreprise l'offrait depuis 1846 déjà et ce, même si son histoire dans notre pays remonte à plus de 200 ans.

Le service d'envoi et de réception de télégrammes s'interrompra le 29 décembre de cette année (2017). Ce qui était dans le passé la solution adéquate pour annoncer rapidement des naissances, mariages et décès, n'est aujourd'hui plus qu'à peine utilisée. Selon Proximus, seule une dizaine de clients y a encore recours.

Brève histoire

En arrêtant ce service, l'opérateur télécom met fin à un bout d'histoire. C'est au mois de mai 1803 que date le premier télégraphe optique. Quant au premier télégraphe électrique, il fut introduit en 1846 et suivait la ligne ferroviaire Bruxelles-Anvers.

A cette époque, les télégrammes étaient du ressort de l'Administration de la Télégraphie, qui devint autonome en 1930 et fut rebaptisée en Régie des Télégraphes et des Téléphones (RTT). C'est en 1992 que celle-ci se mua en Belgacom, mieux connue sous l'appellation Proximus depuis 2015.

Preuve légale

Selon Proximus, le télégramme était principalement utilisé par les avocats et les huissiers, parce qu'il s'agissait d'une première forme de preuve légale. Dans les années quatre-vingts, un million et demi de télégrammes étaient encore expédiés, surtout de et vers l'Italie, où le service était très populaire.

Dans les années qui suivirent, le service fut concurrencé par le fax, puis par l'e-mail, le SMS et, aujourd'hui, l'instant messaging. Son utilisation régressa au début des années nonante jusqu'à un demi-million d'unités. Aux environs du changement de siècle, on en recensait encore 150.000 par an, contre seulement 50.000 en 2010.

8.000 messages

La dizaine de personnes qui utilisent encore le service aujourd'hui, semblent encore très actives. C'est ainsi qu'au cours des onze premiers mois de cette année, un peu plus de huit mille messages ont encore été envoyés. Proximus va à présent prendre personnellement contact avec elles pour leur expliquer sa décision de renoncer au service et leur présenter des solutions alternatives.

http://datanews.levif.be/ict/actualite/etonnant-proximus-renonce-au-telegramme/article-normal-769407.html

0 commentaires

Soyez le premier à répondre!